LES ÉMAUX


 

L’émail est un mélange de silice, de minium, de potasse et de soude. Par une fusion à haute température de ces différents composants, on obtient, après broyage, une poudre incolore appelée "fondant", qui par sa nature, s’apparente davantage au cristal qu’au verre. Le "fondant" est coloré par addition d’oxydes métalliques, le mélange est ensuite déposé sur un support de métal. L’or, l’argent, le bronze, le cuivre ou l’acier peuvent constituer le support de toute pièce émaillée. Tout l’art de l’émailleur consiste à fixer la poudre d’émail sur son support métallique par de courtes cuissons successives de l’ordre de 800 degrés.

 

L'émaillage du verre

L'émaillage du verre est une technique de décoration ou d'impression qui consiste à peindre au pinceau ou à appliquer par sérigraphie, un motif sur un support de verre avec des émaux (poudres vitrifiables très fines, colorées par des oxydes) cuits et fondus à basse température. Ces poudres de verre sont mélangées en pâte à une substance huileuse comme la gomme arabique afin de faciliter leur application. La cuisson des émaux pose rarement problème, elle se conduit entre 500° C et 600° C; après cuisson les émaux sont transparents ou opaques selon la composition des fondants.

Cette technique, dérive de l’utilisation des émaux sur métaux précieux dans l’art de la bijouterie. Présente dans l’empire romain, elle fut surtout pratiquée en Syrie et en Égypte. Elle a connu des développements brillants à Venise au XVe siècle, comme en atteste au musée de Murano la fameuse « Coppa Barovier », pièce nuptiale au décor figuratif élaboré, typiquement Renaissance. En Allemagne l’émaillage perdure au XVIe et au XVIIe siècle, aussi bien dans la verrerie de prestige que dans la verrerie populaire. Cette tradition, historiquement issue du Moyen-Orient, a été remise à l’honneur en France par Joseph-Émile Broccard, Émile Gallé ou les frères Daum à la fin du XIXe siècle dans l’art décoratif .

 

Les émaux cloisonnés

De fines cloisons d’or, d’argent ou de cuivre sont fixées par soudure sur le support de métal, créant ainsi un réseau de parois maintenant l’émail de façon très précise. Des ponçages de plus en plus fins éliminent dans un premier temps l’émail excédentaire puis redonne à la pièce le poli nécessaire.

 

Revenir au sommaire


Panier  

Aucun produit

Total 0,00 €

Panier Commander